PASS’ MARIE-ANTOINETTE

25 février 2016

Le destin d'une reine, quatre monuments d'exception. Tarif préférentiel dès le deuxième monument visité !

Le Centre des monuments nationaux vous propose de découvrir à Paris et en région parisienne, 4 des monuments qui ont accueilli la destinée exceptionnelle de l’une des reines les plus célèbres de France : 
Marie-Antoinette.

   
Malin ! Avec le Pass’ Marie-Antoinette payez la première visite au plein tarif et profitez d’un tarif réduit dans les 3 autres monuments.

    
LE CHÂTEAU DE RAMBOUILLET
En 1787, le roi Louis XVI offre à Marie-Antoinette une laiterie en son nouveau domaine de Rambouillet. Lieu d’exception et de raffi nement, la laiterie évoque à travers ses décors et son architecture le goût pour la nature et l’antiquité, très en vogue en ce XVIIIe siècle. Accompagnée de ses plus proches amis, la reine dégustait ainsi laitages et autres délices de la nature dans un cadre enchanteur.

   
LA CONCIERGERIE
Située au cœur de Paris, la Conciergerie fut la première résidence des rois de France, avant d’abriter une prison à partir du XIV e siècle. Paradoxalement, c’est ici que Marie-Antoinette, reine déchue, fut incarcérée. C’est également à la Conciergerie que se déroule son procès et que le tribunal révolutionnaire prononce une sentence de mort. C’est enfin le lieu où la Reine passa ses dernières heures, en rédigeant son ultime lettre…

   
LA CHAPELLE EXPIATOIRE
La Chapelle expiatoire s’élève à l’emplacement où furent enterrés Louis XVI et Marie-Antoinette sous la Révolution. Ce monument, construit en 1816, appelle au recueillement. Les deux sculptures de la nef représentent le roi et la reine soutenus par la Religion. Sous l’effigie de la Reine est gravé le texte de sa dernière lettre, écrite le jour de sa mort. La Chapelle expiatoire, lieu symbolique et romantique, laisse une émotion inoubliable.

   
LA BASILIQUE DE SAINT-DENIS
C’est dans la basilique de Saint-Denis, nécropole des Rois de France, que reposent aujourd’hui Louis XVI et Marie-Antoinette. Ce monument gothique exceptionnel abrite deux sculptures de marbre des souverains qui les montrent avec majesté et sérénité. C’est en 1975 que leur fils, Louis XVII, mort à la prison du Temple, les y a rejoint.